Historique  
 
Accueil
 
Historique
 
Présentation
 
Charte
 
Conseils aux débutants
 
Conseil d'administration actuel
 
Cyclotourisme et santé
 
Sorties du club
 
Rando des Chataignes
 
Photos
 
Contact
 
Crococycle

HISTOIRE DU GROUPE CYCLOTOURISTE NIMOIS

Bien que non déclaré, le Groupe Cyclotouriste Nîmois existait en fait vers 1925 sous la direction de Monsieur Pierre Gardet.

La société "Groupe Touristique Indépendant Nîmois" à l'époque fut déclarée à la Préfecture le 13 mars 1930 (N°703) et au J.O. le 20 mars. Il s’affilia alors à la "Fédération des Sociétés de Cyclotourisme" (ancêtre de la FFCT) et fut enregistré sous le numéro fédéral 427. Il est, de nos jours, un des plus anciens clubs cyclos de France et le doyen dans le Gard devant Bagnols sur Cèze et le Vigan.

Pendant quelques années elle fut dirigée par M. Maurice Roux, qui devint, par la suite, Président de la Fédération. Les occupations de M. Roux étant trop prenantes, Marius Couderc assura la présidence du club jusqu'à la guerre, ce fut une période faste pour la Société.

Les événements (Sous Vichy, les fédérations cyclistes furent fusionnées en une seule fédération) et la pénurie de matériel, pneus entre autres, causèrent la mise en veilleuse de la Société qui repartit allègrement en 1949 sous la présidence de M. Paul Roussel. Celui-ci, en raison de ses obligations professionnelles, fut remplacé de 1966 à 1979 par Jean Llacer. Nommons les présidents qui lui  succédèrent : Jean Hébrard en 80 et 81, Max Vallès en 82 et 83, Michel Jonquet de 1984 à 2006, Ghislaine Charton en 2007 et 2008, Ginette Meson en 2009 et Bernard Deville depuis 2010.

Après les difficultés dues à la deuxième guerre mondiale, le club Nîmois, rebaptisé Groupe Cyclotouriste Nîmois connut une belle embellie jusqu'au raz-de-marée des mobylettes et autres véhicules à moteur des années cinquante qui faillit faire disparaître le mouvement cyclotouriste. A cette époque, la Fédération ne regroupait que 8000 adhérents (pour 130 000 de nos jours) et les rares cyclos gardois se connaissaient tous. Une poignée de passionnés réussit à maintenir le club à flot pendant ces années difficiles ; citons entre autres M. Paul Roussel, aujourd'hui décédé, membre fondateur et longtemps président du club, les frères Roland et André Nogarède, toujours présents, André Goudet, qui nous a quittés en 2009 après 55 ans de fidélité au G.C.N., Jean Llacer qui fut président quatorze ans, Jean Hébrard, ancien président également, disparu en 2005. Le G.C.N. leur doit beaucoup.

 Les années soixante marquent enfin l'arrêt de cette glissade vers le vide physique. La décennie suivante voit l'arrivée de nouveaux cyclos dont certains sont toujours membres du club, comme Paul et Geneviève Douaud, Pascal Pons, Michel et Geneviève Jonquet. Mais le véritable élan du club, première manifestation du rejet du "tout bagnole", date des années quatre-vingt avec l’avènement de la civilisation des loisirs et les préoccupations de santé et de forme des Français. Les effectifs crûrent de façon spectaculaire et continue, tant au plan local que national, pendant une quinzaine d'années. Notre association passa ainsi de 55 licenciés en 1975, à 66 en 1984, 87 en 1990, 82 en 1995, 98 en 2000, 131 en 2005, pour atteindre 172 fin 2013.

 Plusieurs années durant, le club hébergea une Ecole de Cyclotourisme sous l'impulsion de Janick Massé-Biron, bien secondée par Henri Lasbouygues, Jack Sabatier et une bonne équipe. L'expérience s'arrêta en 1991 quand cette école se déplaça à Milhaud, qui créa son propre club à cette occasion. Jack Sabatier est, depuis, devenu président du comité départemental de cyclotourisme du Gard.

C'est à cette époque que le club commença à "inventer" l'Ecole Cyclo pour adultes en général, et pour cyclotes en particulier. Jusqu'au début des années 90, il valait mieux avoir pratiqué le vélo avant de venir rejoindre notre association. Les rares cyclotes présentes dans les effectifs étaient, soit des conjointes, soit des sportives. Hasard malicieux, quatre demoiselles qui ne se connaissaient pas vinrent un jour au départ du dimanche matin (seul rendez-vous à l'époque) pour découvrir notre pratique. Elles avaient tout à apprendre. Michel Jonquet et Raymond Cros eurent alors l’idée d’une sortie du samedi réservée aux débutant(e)s. Ce nouveau rendez-vous est devenu, avec le temps, le moment le plus fréquenté des sorties gécénistes, tout en gardant sa vocation "formation apprenti(e)s" de septembre à décembre. Brigitte Nègre et Roselyne Landry, pionnières de cette nouvelle aventure, sont toujours parmi nous. En 2014, les cyclotes représentent presque 35 % des effectifs nîmois, alors que la moyenne nationale dépasse tout juste les 17 % et le Languedoc à peine 12%.

 Autre fleuron de notre association, le Crococycle, le bulletin du club, créé en 1982 sur une idée de Marcel Vaillaud. Paraissant tous les deux mois, sans interruption depuis ses origines, il est devenu l'indispensable lien entre les gécénistes. Il vient de fêter allègrement ses 32 ans avec son numéro 185. Après Marcel Vaillaud, seuls trois Rédacteurs en Chef se succédèrent à sa tête : Michel Jonquet, 20 ans durant, Pierre-Edouard Ponson pendant un an, Marcel Vaillaud, revenu au pays après une grosse décennie d’absence, puis Michel Jonquet à nouveau depuis 2009. Notre bulletin, mettant à profit les moyens décuplés de l’informatique et de l’Internet, a pu enrichir la présentation de son « petit » de la plus belle manière qui soit par des photos et en faciliter la diffusion par courriels.

Club de tradition, le GROUPE CYCLO NIMOIS, sous l'impulsion de Jean Llacer, le président de l'époque, a créé en 1968 la Randonnée des Châtaignes, appelée à connaître chaque année un succès remarquable même quand la météo se montrait hostile ! Après avoir un peu baladé son site de départ dans les Cévennes gardoises, elle s’est installée depuis 1991 à Lasalle grâce à l’hospitalité de la municipalité, dans ce Val d'Emeraude qui porte bien son nom, et pour des circuits toujours renouvelés.

En 1952, avait déjà été conçue "la Randonnée des Crêtes Cévenoles" qui rejoignait les Cévennes au départ de Nîmes. Les 300 km passant à Alès à l'aller et au retour, ce sont nos amis du Groupe Montagnard Cévenol d'Alès qui reprirent la randonnée et, à la disparition de ce club historique, le dynamique club de saint Hilaire de Brethmas sut prendre le relais.

Enfin, en sus de ses activités locales, notre société a organisé des assemblées générales départementales, régionales et, surtout, en cinq occasions une des plus grandes manifestations nationale qui soit : Pâques en Provence. A Nîmes, en 1930, à Uzès en 1935, au Pont du Gard en 1941, acte de résistance contre le régime de Vichy qui avait supprimé la fédération Française de CYCLOTOURISME pour la fusionner avec la FFC, à la Roque sur Cèze en 1952 et, surtout, au Pont du Gard en 1991 où, pour la première fois, plus de 5000 cyclotouristes étaient présents pour cette manifestation internationale.

Cela dit, la plus belle réussite de notre club, ainsi que le prouve la charte que nous demandons à chaque nouvel adhérent de signer, reste l'état d'esprit, la philosophie de notre activité (qui reste un loisir tout en étant sportive), la convivialité et la solidarité dans notre pratique. Nous demandons à chacune et chacun, ancien et nouveau, de respecter cette charte de bonne conduite qui exclut tout esprit de compétition (il y a de très bons clubs pour cela) et de se réclamer sans défaillance du CYCLOTOURISME, pratiqué longtemps et sereinement au sein du Groupe Cyclotouriste Nîmois.

Michel Jonquet

Avec la participation de Jean Llacer pour les premiers pas du G.C.N.

 

© 2016